La Crête des Trois Dents en traversée (Pilat)

Sous un magnifique soleil, 11 marcheurs adhérents à la MJC du 7ème arrondissement de Lyon ont traversé « sur le fil de l’arête » cette belle crête du massif du Pilat, qui surplombe la vallée du Rhône et fait face aux cimes enneigées des Alpes.

p1110704 p1110706

Au départ du Col de l’Oeillon, et une fois réglés quelques problèmes de semelles de chaussures, nous avons suivi un sentier d’abord bien tracé puis plus étroit en direction des Trois Dents. Une fois sur la crête, l’itinéraire consiste à franchir de petits ressauts rocheux où il faut mettre les mains. Bien que la traversée ne soit pas très engagée, elle nécessite tout de même de l’attention. C’est ainsi que de bosse en bosse, de rocher en rocher, nous avons atteint la dernière dent sur laquelle nous avons fait une bonne pause face au panorama (Mont Blanc inclus !).  Après une dernière descente dans la forêt, une rude remontée nous attendait pour revenir vers le Col de l’Oeillon.

p1110722  p1110700

p1110715

Dans une belle lumière dorée de fin d’après-midi, nous avons retrouvé les voitures, bien contents de cette demi-journée dans le Pilat. Bravo au groupe pour le crapahutage !

p1110726

Une journée en Belledonne : les Grands Moulins par l’arête ouest

Des crêtes dominant l’ancienne station de Val Pelouse (Arvillard, Savoie), le sommet des Grands Moulins ressemble à une gigantesque pyramide faite de rochers et de pelouses de plus en plus rares en s’approchant du haut de la montagne. D’altitude relativement modeste (2495 m), ce pic a pourtant des allures de montagne plus élevée. Ce 2 octobre 2016, c’est là-haut qu’un groupe de quatre courageux randonneurs s’est hissé par un itinéraire des plus directs : l’arête ouest.

p1110659

Après une mise en jambe (déjà sportive) dans les alpages, sur un bon sentier, c’est une petite trace à peine visible qu’il faut prendre à partir du Col de la Perrière et qui se faufile à travers les myrtilliers rougeoyants, les rhododendrons et les blocs de granite. La trace se redresse fortement et se fraye un passage dans de petits couloirs où il faut parfois mettre les mains. De cairn en cairn, de ressaut en ressaut, on finit par atteindre un petit replat herbeux et un peu improbable, où le groupe a pu se reposer.

p1110663

p1110667

p1110669

La suite est plus facile mais la pente reste soutenue. Surtout, l’ambiance est grandiose sur notre arête que le vent et les nuages viennent de plus en plus souvent envelopper. Après encore une bonne heure d’effort, le sommet se montre enfin, entre soleil et brouillard, tantôt venté, tantôt dans un calme irréel… Après la photo d’usage, un pique-nique bienvenu est sorti du sac.

p1110683

p1110687

Une fois restauré, il est temps de redescendre par le sentier « normal » des Grands Moulins : rocailleux mais beaucoup plus facile que celui de la montée, il permet au groupe de rejoindre le petit refuge (non gardé mais fort bien entretenu) de la Perrière, environ 600 mètres de dénivelé plus bas. Le brouillard nous enveloppe de plus en plus souvent, toujours poussé par un vent assez turbulent. Dans le refuge, la pause s’impose devant un petit feu de cheminée (il faut dire qu’il y avait encore des braises rougeoyantes dans l’âtre…).

p1110690 p1110693

Une heure plus tard, nous étions arrivés aux voitures. Alpages, rochers, soleil, brouillard et vent, cimes hardies et découpées… voilà une belle journée en Belledonne, avec un groupe bien sympathique et motivé. Félicitations !

 

Un nouvel itinéraire proposé par Sentiers d’en-Haut

Sentiers d’en-Haut vous propose un nouvel itinéraire de randonnée à 3000 mètres entre la Haute Maurienne et l’Italie, sur un jour et demi : le Mont d’Ambin en boucle. Départ au-dessus de Bramans (Savoie), passage de deux cols et ascension d’un beau sommet à presque 3400 mètres d’altitude, dans un environnement à couper le souffle. La nuitée peut se faire dans un petit refuge non gardé ou sous la tente.

Plus que la seule ascension d’un sommet, cette randonnée vous propose un petit voyage avec des paysages et des environnements très variés. Ce circuit s’adresse à des marcheurs ayant une bonne condition physique et un équipement adapté. Période recommandée : août et septembre, sous réserve d’une météo favorable.

Pour plus de détails, me contacter.  Voici quelques photos pour vous mettre l’eau à la bouche…

P1110463 P1110493 P1110507

 

Deux jours dans le nord de la chaîne de Belledonne

Retour en Belledonne avec un beau périple de deux jours dans les Hurtières et les premiers reliefs importants de la chaîne (11-12 août 2016).
2 adultes et 4 jeunes de 10 à 15 ans se sont lancés à l’assaut du Sommet du Grand Chat et du Chapotet le premier jour, avant de monter le deuxième jour au lac Vert et -pour 3 d’entre eux- au sommet du Fort. Nous avons dormi au chalet d’Arbaretan, confortable refuge (non gardé) au milieu des alpages.

P1110395

P1110424

Pour étoffer la première étape, une partie du groupe est repartie du refuge pour aller voir les chamois et les bouquetins sous la Pointe de Rognier. Au final, point de cornes mais nous avons quand-même pu admirer à la jumelle une belle marmotte se prélassant sur un rocher. Et surtout, la vue depuis l’arête où nous étions et l’ascension dans les pierriers belledonniens ont été un moment assez marquant pour nos marcheurs : bien que pratiquant la randonnée occasionnellement, ils n’avaient jamais fréquenté ce genre de terrain et leur surprise a été de taille lorsque, débouchant d’un couloir escarpé, ils ont pu dominer d’un regard les 1700 mètres de dénivelé qui les séparaient du fond de la vallée de l’Arc.

P1110414    MEMO0047

Le lendemain, après une montée parfois « technique » au lac Vert, chacun a pu admirer le cadre sauvage et imposant que nous avions atteint. Magie de la chaîne de Belledonne : des altitudes modestes (le lac ne se trouve même pas à 2200 mètres) mais une ambiance qui évoque déjà la haute montagne… Pour les ados et leur mère qui en voulaient encore, on a rejoint le sommet du Fort (environ 2450 mètres) tandis que les autres sont restés au bord du lac. Lors de cette ascension, plus de sentier : le choix de l’itinéraire comptait et les règles élémentaires de prudence étaient à suivre au pied de la lettre car dans la partie finale notamment, la chute n’était guère permise…

P1110429    P1110434

P1110439    P1110445

Une fois revenu au lac, retour aux voitures ! Ce ne fut pas une simple promenade mais sous un soleil radieux et au milieu de paysages grandioses, les efforts consentis ont été largement récompensés.

Les ingrédients d’une rando réussie ont encore été réunis : du beau temps (surtout le deuxième jour), des paysages variés et gandioses, et surtout un groupe très agréable malgré son hétérogénéité. Pour la plupart, ce type de randonnée a été une vraie découverte : le fait de partir plusieurs jours, de dormir en refuge, de gravir des sentiers sur des terrains parfois ardus, voir des paysages vertigineux et très « alpins »… Pour les plus jeunes d’entre nous, ce fut l’occasion de faire preuve d’endurance et de persévérance, ainsi que de se familiariser avec un environnement parfois imposant et exigeant. Enfin, cette randonnée a comporté une part de défi, avec notamment l’ascension du lac Vert et du sommet du Fort. D’ailleurs, lors de cette journée, les jeunes ont parfois eu l’occasion de guider le groupe : c’est eux (avec l’aide de l’Accompagnateur) qui ont donné le rythme de la marche, choisi les endroits où il fallait passer, décidé des haltes pour se reposer, etc.

P1110432

Que dire d’autre ? Un grand merci à la bergère de l’alpage de l’Arbaretan qui a bien voulu montrer aux jeunes la sortie du troupeau de l’enclos, le matin du deuxième jour. Et bien entendu un grand merci au groupe, pour sa bonne humeur, son esprit de découverte et sa bienveillance envers l’Accompagnateur.

P1110398   P1110427

 

 

 

 

Montagne et spiritualité chrétienne en Haute Maurienne

Du 25 au 30 juillet 2016, Sentiers d’en-Haut s’est associé à l’organisation d’une retraite spirituelle organisée par le Centre Saint Hugues de Biviers, association catholique d’obédience jésuite dont le siège se trouve près de Grenoble. Il s’agissait d’encadrer 5 randonnées « en étoile » à la journée en Haute Maurienne, le « camp de base » se trouvant à Villarodin près de Modane. La marche et la contemplation des paysages devaient être le cadre de la démarche spirituelle des participants et des temps de méditation qui leur étaient proposés.

P1110233

Le groupe est d’abord monté au Lac de la Partie, au-dessus du refuge de l’Orgère (Vanoise). Le lendemain, il est allé explorer le vallon de Savine, dans le massif d’Ambin. Ensuite, retour en Vanoise avec une excursion au-dessus d’Aussois, en direction du Lac du Génépy. Puis, direction les lacs et le col de Lanserlia, au-dessus de Termignon, depuis le parking de Bellecombe. Et pour finir, une marche dans la vallée d’Ambin depuis le parking de Maroqua. Chaque jour, nous avons marché environ 5 ou 6 heures et gravi entre 500 et 600 mètres de dénivelé positifs. Les sorties, en partie faites en silence, étaient ponctuées de temps de prière autour de textes souvent bibliques.

P1110256

Nous avons pu profiter de paysages sublimes, d’autant plus que la météo a été de plus en plus clémente pendant la semaine. L’implication dans cette retraite, associant marche et prière, a permis à Sentiers d’en-Haut de réaliser un de ses objectifs : emmener en montagne, sur des itinéraires présentant un grand intérêt paysager, des personnes pour lesquelles la randonnée pouvait apporter un bienfait personnel. Ici, ces retraitants en quête spirituelle, traversant pour certains des moments difficiles, ont bénéficié d’un cadre qui, espérons-le, a pu faciliter leur recherche et leur prière.  La deuxième journée, par exemple, dont le thème portait sur la Création, se prêtait particulièrement bien à cette démarche conciliant montagne et spiritualité.

P1110290

Ce fut donc une magnifique semaine, au milieu de paysages somptueux et avec un groupe très sympathique.

Vignette edelweiss

Une rando de héros dans le massif de Belledonne !

Trois jours (du 18 au 20 juillet 2016), trois marcheurs et leur Accompagnateur, et un gros défi : traverser le nord de la chaîne de Belledonne, des environs du col du Grand Cucheron (la Jasse) au pont de la Grande Valloire (près de Fond-de-France). Il s’agissait de rester au plus près de la crête faîtière et de ses majestueux sommets dépassant pour la plupart les 2500 mètres d’altitude. Hors des sentiers battus, et même des sentiers tout court, ce parcours exigeait de l’endurance d’autant que le groupe était totalement en autonomie : liberté appréciable mais impliquant de gros sacs bien lourds !

P1110109

Tout au long de la traversée, au prix d’efforts soutenus, Belledonne  a révélé sous un soleil splendide ses multiples visages : là des alpages verdoyants, ailleurs (et le plus souvent) un univers minéral et parsemé de névés où l’on se croirait en haute montagne, là encore d’abruptes forêts d’épicéas.

P1110117   P1110204

De splendides paysages ont agrémenté ce périple.

P1110136                                    P1110180

Mais surtout, il y a eu un super groupe  qui a donné le meilleur de lui-même tout en faisant preuve des qualités du montagnard : adapter l’itinéraire en fonction du terrain et du groupe, trouver son cheminement en respectant scrupuleusement les règles et les techniques de sécurité, s’entraider dans les difficultés, observer l’environnement et le respecter… tout cela dans une bonne humeur bien appréciable !

P1110210                                      P1110151

Quelques travaux pratiques ont été nécessaires pour faire face à de petits incidents de matériel…

P1110220

Et comme une bonne rando se termine autour d’un verre, nos randonneurs se sont volontiers pliés à cette noble tradition.

P1110222

Bref, voilà une rando dont ils ont été les héros !

Une rando pas comme les autres dans les Monts du Lyonnais

Le dimanche 26 juin 2016 après-midi, deux familles se sont lancées à la recherche d’un trésor caché quelque part à proximité du Col de la Luère. Avec carte et boussole, nos aventuriers sont allés de point en point en résolvant des énigmes et en lisant la carte… jusqu’au trésor final !

Parfois hors des chemins principaux, voire en pleine forêt, le parcours a permis aux participants d’observer la nature et d’apprendre quelques secrets des milieux forestiers de moyenne montagne. Dans ce lieu chargé d’Histoire, le patrimoine n’a pas non plus été oublié…

Pour les petits mais aussi pour les grands, cette demi-journée a été un vrai moment plein de bonne humeur et de découvertes. Merci au magasin Nature et Découverte de la Part-Dieu d’avoir accepté  de prévoir cette sortie dans leur programme.

P1100978 P1100962

 

Le site de Sentiers d’en-Haut se relooke !

Sentiers d’en-Haut possède désormais un site tout neuf pour mieux vous proposer ses activités et vous inviter à la montagne ! Plus attrayant, plus évolutif et permettant à tout visiteur qui le souhaite de recevoir une newsletter, ce nouveau site n’attend que votre visite !

Un grand merci à Vincent Fontanella qui a assuré la mise en place technique de ce bel outil.

Pascal Darcel

P1060526