Un week-end Belledonne grandeur nature

IMG_3433Le week-end du 18-19 août 2018, Sentiers d’en-Haut a emmené un couple et leurs deux (grands) enfants à la découverte de la Combe Madame, au-dessus de la Ferrière et plus précisément de Fond-de-France. C’est du hameau de La Martinette que nous avons rejoint assez rapidement mais dans un brouillard tenace, le refuge d’alpage de Combe Madame, où nous devions passer la nuit. Comme il n’était que midi, après avoir pique-niqué, nous avons bravé les brumes et les petites pluies en montant au Col de la Croix, ancienne frontière entre le Royaume de France et celui de Piémont-Sardaigne avant 1860. Le ciel s’étant décidé à nous révéler quelques aperçus du paysage grandiose qui nous environnait, c’est tranquillement que nous sommes rentrés au refuge pour voir le retour des brebis.

IMG_3359 IMG_3364 IMG_3370 IMG_3377

Le lendemain, réveil à 5h pour un départ très matinal vers le Rocher Blanc (2928 m), l’objectif principal du week-end. Ce sommet est ou était peut-être blanc mais c’est sûr, il en contient des rochers ! D’abord de nuit, puis peu à peu à la lumière croissante du jour, nous avons repris le sentier du Col de la Croix avant de bifurquer dans ce grand vallon qui mène au sommet. En-dessous de nous, la mer de nuage ; au-dessus, des cimes découpées éclairées par le soleil levant ; et de temps en temps, chamois ou bouquetins qui broutent tranquillement au-dessus d’une barre rocheuse, qui cavalent sur les névés au mépris de la glissade, ou qui nous regardent avec curiosité et crainte. C’est dans ce décor, de plus en plus minéral jusqu’à le devenir totalement, que nous avons atteint la cime après 4 heures d’effort. Le panorama, là-haut, était évidemment à couper le souffle, tandis que le ciel restait toujours bien bleu.

IMG_3392 IMG_3399 IMG_3410 IMG_3412 IMG_3416

Mais les bonnes choses ayant une fin, il a fallu s’extraire de cette contemplation (et de préoccupations beaucoup plus terre à terre comme manger, boire, ou somnoler au soleil) et redescendre. Pour éviter les nombreux pierriers que nous avions déjà affrontés à la montée, nous avons choisi d’utiliser les quelques névés encore présents (vestiges bien dérisoires de l’ancien glacier qui coiffait le Rocher Blanc) pour les descendre en glissant ou en marchant… Ludique pour certains ou inquiétante pour d’autres, cette expérience a eu au moins le mérite d’épargner un peu nos genoux et chevilles. Après un passage raide dans les caillasses, nous avons enfin rejoint le chemin bien tracé du col qui nous a ramené au refuge.  Puis, suite à un casse-croûte bien mérité, direction la voiture, 750 m plus bas dans la vallée, sur un bon mais long sentier.

IMG_3426 IMG_3429 IMG_3435

Au total, ce fut une très belle sortie de deux jours, avec des paysages et des situations météo très variés, une bonne dose de sport mais pas seulement : un réel esprit de groupe, une attention à la beauté de la nature qui nous entourait. Et si les 1900 m de dénivelé négatifs ont paru un peu long à la fin de la descente, il faut bien admettre que c’était un prix à payer assez dérisoire à côté des merveilles qui nous étaient données de voir. Bravo au groupe pour ce beau week-end et pour sa bonne humeur !

IMG_3418

La montagne pour tous dans le Vercors

IMG_3216Ce dimanche 5 août 2018, Sentiers d’en-Haut a organisé et encadré une belle randonnée au Pic Saint Michel, sommet bien connu des Grenoblois et des habitants du Vercors. Les deux clients qui ont gravi cette belle montagne étaient une personne non voyante et son mari.  Ce n’était pas la première fois qu’ils randonnaient, notamment avec Sentiers d’en-Haut, depuis quelques années déjà… Dans les passages demandant plus d’attention, c’était moi qui guidait la cliente non voyante, alors que le reste du temps, c’était son mari qui l’aidait à éviter les obstacles.

Après deux petites heures de route, nous sommes donc partis de la station de la Sierre, au-dessus de Lans-en-Vercors. Il faisait relativement bon tandis que la canicule accablait sans répit les vallées depuis plus d’une semaine. Tranquillement, mais sans traîner non plus, nous avons commencé l’ascension. D’abord sur une bonne piste forestière ne présentant pas beaucoup d’obstacles, nous avons ensuite marché sur des terrains plus accidentés et notamment de beaux lapiaz où il fallait faire attention où on mettait les pieds. Mais après  deux heures et demie d’effort, le sommet s’est présenté à nous tandis qu’à nos pieds les falaises plongeaient dans des vallées bien noyées dans la brume de chaleur… et sans doute aussi de pollution. Bref, nous étions très bien là-haut !

IMG_3213 IMG_3215

Pour le retour, j’ai proposé de faire une boucle en passant par le Col de l’Arc puis le Collet du Furon. La descente, plus douce que par le sentier de montée, mais pas forcément moins caillouteuse, nous a révélé cette autre facette de ce pic avec ses crêtes découpées, ses vallons d’abord escarpés puis plus boisés, avant d’atteindre le paisible Collet du Furon, avec son auberge où nous avons dégusté une limonade du Vercors… Enfin, une bonne piste carrossable nous a permis de revenir sans problème à la voiture.

Bravo, donc, à nos deux marcheurs et mention spéciale à celle qui, une nouvelle fois, nous a étonnés par son aisance malgré le handicap. Lorsque je lui demandai ce qu’elle recherchait en allant randonner ainsi, elle m’a répondu simplement : ni le défi ni le désir de se prouver quelque chose, mais tout bonnement le plaisir de marcher en montagne. Puisse-t-elle, ainsi que son mari, vivre encore très souvent ce plaisir !

IMG_3218 IMG_3207